Il y a quelques jours, en passant devant la chambre de mes enfants, les bras chargés du linge sale que je m’apprêtais à mettre à la machine à laver, je me suis surprise à râler de bon cœur ! Le sol de la pièce avait disparu sous un fatras de Lego, Barbies et autres Playmobils enchevêtrés. Un ouragan n’aurait sans doute pas fait pire ! Fort heureusement, nous vivons dans une zone épargnée par ce genre de phénomènes climatiques. Les responsables de ce désordre furent donc vite identifiés…

Ni une, ni deux, les sourcils froncés et la mine renfrognée, me voici qui sonne le rappel pour demander à mes deux têtes blondes de ranger tout ce bazar. Ils se plient à l’exercice de bien mauvais gré (et avec mon aide, bien sûr…) et nous voilà tous les trois de mauvaise humeur : eux devant l’injustice de devoir ranger alors que « C’est pas moi, c’est elle / lui !!!! » et moi avec la désagréable sensation d’être la bonne à tout faire de la maison (sans vous parler du linge qui m’attend, en tas, dans un coin du couloir…).

Alors, comme le hasard fait bien les choses, quelques temps plus tard en lisant un magazine, je tombe sur un tuto pour fabriquer un tableau de répartition des tâches ménagères. Et là, évidemment, j’ai le déclic : c’est exactement ce qu’il me faut !

Parce que, oui, râler pour demander à ses enfants de mettre la table ou de ranger leurs jouets, c’est fatigant pour nous et désagréable pour eux. Tandis que leur donner la responsabilité de quelques tâches ménagères, en fonction de leur âge et de leurs capacités, c’est valorisant pour eux et ça nous soulage !

C’est ainsi que, quelques achats de fournitures plus tard, nous voici tous les trois réunis autour de la table, pour une activité manuelle en famille.

La première étape consiste à lister l’intégralité des tâches ménagères nécessaires à la bonne marche de la maison. Ca n’a l’air de rien, mais c’est très instructif. C’est à ce moment précis que mes enfants ont compris qu’aucune petite fée ne vient la nuit ranger leurs jouets éparpillés dans le salon et que le lavabo n’est pas auto-nettoyant. Plus la liste s’allonge et plus leurs yeux s’écarquillent : « Ah bon, mais tu fais tout ça ??? ». Car oui, nos enfants nous observent, bien sûr, mais ils ne peuvent pas tout voir 😉 !

Ensuite, les discussions sont ouvertes sur la répartition des tâches : qui se chargera de mettre la table ? Qui peut préparer le petit-déjeuner le dimanche matin ? Et passer l’aspirateur dans le salon ? Chacun donne son avis et les échanges se font dans la bonne humeur.

Une fois la répartition finalisée, c’est le moment de laisser libre cours à nos talents artistiques ! On dégaine les feutres, les stickers et le pistolet à colle. On s’affranchit du modèle pour réaliser notre tableau à nous, celui qui correspond à notre famille. Et enfin, on l’admire ! Waouh ! Il est beau, dis donc ! « On commence tout de suite ? » me dit mon fils « C’est à moi de mettre la table ! »

L’opération est une vraie réussite : au-delà du moment fort agréable passé à bricoler ensemble, on a pu échanger sur la nécessité de s’entraider, sur l’importance du partage des tâches pour que chacun participe à la vie de la maison. Au final, les enfants sont très fiers qu’on leur confie des responsabilités. Ils se sentent investis d’une mission et comprennent qu’ils ont eux aussi un rôle important à jouer dans la famille. Quant au tableau, c’est un rappel ludique et décoratif du cadre sur lequel on s’est tous mis d’accord. Alors, quand est-ce que vous faîtes le vôtre 😉 ?

Tâches ménagères : et si nos enfants s’y mettaient ?

2 avis sur « Tâches ménagères : et si nos enfants s’y mettaient ? »

  • 13 octobre 2020 à 9 h 26 min
    Permalien

    Super, aussi bien l’exercice (sûrement instructif quand à l’absence de lutin rangeur/nettoyeur nocturne) que le rendu de votre tableau, bravo !
    Question subsidiaire : ça donne quoi à l’usage ? Une fois le souffle de la nouveauté retombé, l’organisation tient-elle ? Faut-il faire des piqûres de rappel ?

    Répondre
    • 15 octobre 2020 à 13 h 28 min
      Permalien

      Merci, Julie ! Et bien à l’usage, cela fonctionne bien ! Bien sûr, cela ne va pas sans quelques piqûres de rappel de temps en temps 😉 ! Il est aussi important que le tableau vive, que le partage des tâches soit revu de temps en temps, en fonction des évolutions du rythme de chacun et du moment. Par exemple, en période de vacances, les enfants peuvent prendre plus de choses en charge. L’essentiel est que le dialogue soit ouvert sur le sujet et que les tâches ménagères ne soient pas automatiquement reléguées à Maman ou Papa 😉 !

      Répondre

Répondre à Julie FJ Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *